top of page
  • Quentin

Comprendre et maîtriser la balance des blancs en photo et en vidéo

Dernière mise à jour : 7 mai


La balance des blancs en photographie

La balance des blancs est un réglage de l’appareil photo et du logiciel de retouche photo qui permet de corriger la dominante de couleur d’une image, due à la couleur de l’éclairage.


Nos yeux ajustent tous seuls cette dominante de couleur sans que nous nous en rendions compte. Ainsi, nous verrons une surface blanche toujours quasiment blanche, qu’elle soit éclairée par une lumière orangée ou bleutée, et les autres couleurs de la scène paraîtront naturelles, neutres.


Contrairement à notre œil, un appareil photo n’a pas cette faculté naturelle et doit rééquilibrer la dominante de couleur. Pour cela, il possède une fonction de balance des blancs automatique.


Vous pouvez aussi décider de régler manuellement la balance des blancs, en choisissant une balance des blancs plus chaude ou plus froide, selon l’ambiance générale que vous souhaitez donner à votre image.


Disons-le, si vous commencez la photo, ce n’est probablement pas la balance des blancs qui vous préoccupe le plus. En effet, il y a tellement de choses à prendre en compte avant de déclencher la prise de vue (ISO, vitesse, ouverture, composition...) que la balance des blancs semble presque anodine. Mais ne vous y tromper pas, il est tout de même important de savoir son utilité et de la maîtriser.


Cela dit, je parie que vous avez déjà eu des photos jaunâtres en intérieur sans trop savoir pourquoi. Et là encore, je vous rassure, rien de plus normal. C'est sa faute à elle !


Mais juste avant de commencer, je suis obligé d’évoquer une notion un peu théorique : la température de couleur.


La température de couleur de la lumière


La température de couleur est la propriété d’une source lumineuse qui indique si sa dominante colorée est orangée (on parle de couleurs « chaudes »), ou plutôt bleutée (on parle de couleurs « froides »). L’unité de la température de couleur est le Kelvin (K) : plus la température de couleur est élevée, plus la dominante de couleur est froide (bleutée).


Ainsi, comme l’indique le schéma ci-dessosu, les valeurs usuelles de température de couleur vont d’environ 1 000 K pour les plus chaudes (lumière orangée d’une bougie) à 9 000 K pour les plus froides (lumière d’une zone ombragée), en passant par 3 400 K (lumière d’une ampoule classique, dite tungstène) et 5 500 K (lumière du jour en pleine journée sans nuages). En fait, prenez plutôt ces valeurs températures de couleur plus comme des repères, car il s’agit en réalité de gammes de valeurs. Ainsi, la température de couleur d’une bougie peut varier entre 1 000 et 2 000 K, celle d’une ampoule classique entre 2 500 et 3 500 K… À noter aussi la température d’un coucher de soleil, non représentée ici, est comprise entre 3 000 et 4 000 K.



La balance des blancs
Vous n’avez pas forcément besoin d’apprendre ces valeurs par cœur, mais disons que ça peut être utile de connaître quelques températures pour les lumières d'intérieur ou d'extérieur.

Vous avez peut-être remarqué un détail : plus la température de couleur s’élève, plus elle est dite « froide » (ex : 7 000 K), et plus elle diminue plus elle est dite « chaude ». Tout est parfaitement logique 😏.


C’est très piégeux en effet, je suis d’accord avec vous. En fait, une température de couleur chaude ou froide n’est pas liée à la sensation de chaleur sur notre peau, mais à un phénomène physique quand on chauffe certains corps. Vous allez voir, ça va devenir subitement très logique.


Au fur et à mesure que la température d’un corps augmente, sa couleur passe par l’orange, puis le jaune, le blanc puis enfin le bleu.


Prenons un exemple tout simple assez visuels pour s’en souvenir :


Le briquet : la flamme la plus chaude, à la base du briquet là ou sort directement le gaz, est bleu. C'est pour ça que l'on parle de température plus élevée en allant vert le bleu.


Un briquet allumé

Donc si on récapitule sur la température de couleur : une lumière chaude de type « bougie » ou coucher de soleil aura une couleur orangée, et les lumières plus froides de type « temps couvert » auront une couleur bleutée.


Paysage de montagne
Couleurs chaudes
Photo d'une route avec cascade
... et couleurs plutôt froides

La balance des blancs d'une photo


Maintenant, que nous avons vu ce qu’est la température de couleur d’une source de lumière, voyons ce que signifie « faire la balance des blancs » dans une image.


Avant même de rentrer dans le détail des réglages, je vais vous montrer ce que la balance des blancs fait concrètement sur l’image !


Comme je vous l’ai dit plus haut, l’appareil photo est doté d’une balance des blancs automatique, et il sera capable dans la plupart des cas de déterminer tout seul la température de couleur de la source de lumière principale. Avec cette information, il corrigera les blancs pour qu’ils paraissent blancs dans l’image, et équilibrera les autres couleurs en fonction pour un rendu naturel. Illustration en images :


Photo du Mont Blanc
Photo non retouchée

Cette première photo a été prise en extérieur avec une lumière naturelle. Le seul éclairage vient donc du soleil et le temps était dégagé ce jour-là (environ 5 500 K). En réglant la balance des blancs sur une valeur de 5 800 K, on voit que la photo est plutôt neutre et les autres couleurs sont naturelles. L'arrière plan est légèrement plus bleu, mais c'est normal, beaucoup des parties de la montagne sont ombragé. Donc plus bleu :).


Photo de paysage
Photo non retouchée

Cette seconde photo a elle aussi été prise en extérieur. L’éclairage est toujours le soleil derrière les nuages (la température de couleur annoncée pour un ciel partiellement couvert est d'environ 6 000 K), et en réglant la balance des blancs sur cette valeur de température, on obtient des blancs bien blancs (sur les nuages éclaircis) et des couleurs naturelles comme sur la photo précédente.


Que s’est-il passé concrètement ?


En réglant la balance des blancs sur la température de couleur de la source de lumière principale, on a neutralisé la dominante de couleur due à cette source : ça veut dire que les blancs apparaissent blancs et les couleurs sont telles que les verraient nos yeux.


Je récapitule, car c’est vraiment ce que vous devez retenir ici.


Lorsque vous réglez la balance des blancs sur la température de couleur d’une source de lumière :


  • Tous les éléments éclairés par une source de lumière plus froide (une valeur supérieure en Kelvin) paraîtront bleutés.

  • Tous les éléments éclairés par une source de lumière plus chaude paraîtront orangés.


Il n'existe pas à proprement parler une balance des blancs parfaite, puisqu'il peut y avoir plusieurs sources de lumière différente dans une même scène. Notre rôle à nous est de trouver le meilleur équilibre.


Vous comprenez à présent pourquoi il peut être utile de retenir l’ordre des sources de lumière sur l’échelle de température de couleur. Cela vous facilitera le réglage.


Pour bien comprendre les idées, je vous remets la deuxième photo avec la balance des blancs réglée cette fois-ci non pas sur 6 000 K, mais sur 3 400 K (réalisé en post-traitement). Le résultat est sans appel, c'est tout bleu.


Photo de montagne
La balance des blancs

Là, la balance des blancs est faite à 3 400 K donc tous les éléments blancs éclairés par une source à cette température seront blancs, c’est le sens du dégradé. Et tous ceux éclairés par une source à température supérieure (c’est-à-dire toute la scène ici puisque la lumière ambiante est plus de 6 000 K) seront bleutés. Rien de plus normal donc !


Normalement, avec ces exemples, vous venez de comprendre les points essentiels de la température de couleur et de la balance des blancs. Je conçois que ce n'est pas le paramètre le plus simple à maîtriser en photographie ! N'hésitez pas si vous avez des questions, je vous répondrai avec plaisir.


Les préréglages de balance des blancs sur l’appareil photo


Les préréglages de balance des blancs sur votre appareil photo vous permettent de faire la balance des blancs vous-même, en choisissant la température de couleur de l’éclairage principal avec divers préréglages.


Automatique (AWB) : la plupart des appareils photo ont une option automatique qui ajuste la balance des blancs en fonction des conditions d'éclairage. C'est un bon point de départ, mais ce n'est pas toujours la solution idéale.

En effet, ça arrive que votre appareil se trompe, aucun automatisme n’est infaillible. Heureusement, dans ce cas, vous pouvez reprendre la main avec d'autres préréglages.


Les préréglages les plus connus : les appareils photo proposent souvent des préréglages pour des conditions d'éclairage spécifiques, tels que la lumière du jour, ciel nuageux, ombre, lumière artificielle, etc. Ces préréglages peuvent être extrêmement utiles pour des résultats plus précis. Ce sont eux que j'utilise le plus.


Personnalisé : certains photographes préfèrent mesurer manuellement la température de couleur à l'aide d'une charte des couleurs ou d'un outil de mesure spécifique. Pour ensuite la régler à des valeurs très précises souvent comprises entre deux préréglages ci-dessus. Cela offre un contrôle total sur la balance des blancs, mais cela demande plus de temps et d'expérience. C'est éventuellement ce que je recommande en vidéo, mais vous pouvez aussi tout à fait utiliser un préréglage si ça vous donne de bons résultats.


La balance des blancs peut sembler complexe au début, mais elle devient une seconde nature avec la pratique. En comprenant comment elle fonctionne et en l'utilisant de manière créative, vous pouvez améliorer considérablement le rendu de vos photos.


En fait, si vous venez vraiment de débuter en photographie. Je vous conseille de laisser la balance des blancs en automatique et de vous en occuper au post-traitement. (toujours avec des fichiers Raw bien sûr.)


Vous pourrez comme ça mieux vous concentrer à la prise de vue, observer le sujet, tester plusieurs angles de vue, regarder ce que fait la lumière. Ça fait déjà bien assez de paramètres à gérer.


Si vous lisez un peu le blog, vous savez que je vous recommande de shooter en format Raw, principalement car la balance des blancs n’est pas encore définie dans ce type de fichier et donc parfaitement modifiable par la suite.


Comment régler la balance en post-traitement ?


Pour régler la balance des blancs au post-traitement, il est nécessaire de photographier en format Raw. En effet, la balance des blancs n’est pas encore fixée dans ce type de fichier, vous pouvez donc la modifier à loisir sur votre logiciel de retouche.


L’image telle que vous la voyez par défaut sur l’écran de votre appareil ou sur votre logiciel de retouche n’est autre qu’un aperçu JPEG avec une balance des blancs prédéfinie.


J’insiste là-dessus car c’est important : la balance des blancs n’est pas fixée en Raw.

Très concrètement, vous allez pouvoir modifier la balance des blancs de 2 000 K à 7 000 K si ça vous chante sans aucun souci.


On ne peut pas en dire autant pour un JPEG, dont la balance des blancs est fixée à la prise de vue. Votre latitude de modification sera très limitée, sous peine de rendre les couleurs de votre image absolument atroce.


Exemples en Raw :


Photo du Mont Blanc
Photo retouchée avec une balance des blancs équilibrée.

Photo du Mont Blanc
Photo retouchée avec balance des blancs chaude

Photo du Mont Blanc
Photo retouchée avec balance des blancs froide

Photo du Mont Blanc
JPEG retouchée avec balance des blancs froide 😂

Ne vous moquez pas du JPEG, ce n'est pas très sympa, il fait de son mieux 😏.


En soit, les autres ça le fait. Même si c'est un peu trop exagéré (c'est pour l'exemple) les photos sont parfaitement exploitables.


Moralité, si vous voulez faire du développement photographique, shootez en Raw.


À ce propos, ce n’est pas un hasard si un fichier Raw est plus volumineux qu’un fichier JPEG : il contient encore toutes les informations vues par le capteur de votre appareil. À vous, le photographe, de fixer le rendu final.


Sur le plan pratique, dans votre logiciel de retouche, vous avez plusieurs moyens pour régler la balance des blancs :


  • Utiliser l’outil pipette et cliquer sur une zone blanche suffisamment éclairée (mais pas trop), pour dire au logiciel rééquilibre les couleurs pour que cette surface soit blanche. Ça va aussi régler automatiquement le curseur nuance, qui corrige une éventuelle les teintes magenta et vert.


Panneau Lightroom

  • Utiliser directement le curseur de température et nuance pour ajuster à votre guise.


Panneau Lightroom

  • Utiliser le panneau BB qui propose justement les préréglages qu'on retrouve sur les appareils photo.


Panneau Lightroom

Panneau Lightroom




Il y a-t-il une bonne valeur de balance des

blancs ?


On pourrait être tenté de se dire que la bonne valeur de balance des blancs est celle qui permet d’avoir un rendu naturel, tel que le verraient nos yeux d’humains.


Mais pas du tout...

Je suis partisan de la photo "unique, personnelle et créative."


Loin de moi l'idée de me vanter, mais sérieux, avec le nombre hallucinant de photo qui défile constamment sous nos yeux, je trouve ça très important de personnaliser nos photos afin qu'elles nous correspondent vraiment.


Prenons l'exemple d'une photo enneigé :


Photo d'un paysage enneigé

La balance des blancs exacte serait avec une neige bien blanche.


Je trouve ça tellement plus beau et plus mystique avec plus de bleu donc une photo plus froide.


Autre exemple avec une bougie.

Il vaut mieux que la flamme de la bougie soit un plus orangé que parfaitement blanche.


Mon dernier conseil pour la balance des blancs en photographie sera, dans un premier temps, d'avoir une bonne balance des blancs fidèle à la prise de vue (même si elle n'est pas parfaite) et dans un second temps de donner le mood que vous souhaiter en la modifiant en post-traitement.


Et en vidéo alors ?


Là, c'est plus complexe, je m'explique.


En vidéo, à moins d'avoir une caméra à plusieurs milliers d'euros qui possède une fonctionnalité de filmer en Raw, il est vivement recommandé d'avoir une balance des blancs la plus fidèle possible.


Une vidéo, c'est quoi ? Pour faire simple, c'est une succession de plusieurs images qui donne cette impression de mouvement.

Cependant, les images capturées, imaginez un instant que ce soit des JPEG (he oui, puisque la caméra ne filme pas en Raw, sauf exception bien sûr) rappelez vous de comment ça se passe lorsque l'on veut modifier la balance des blancs sur un JPEG 😂 personne ne devrait avoir à subir ça.


Donc, en vidéo, on règle sa balance des blancs de la manière la plus fidèle possible.

Réglage manuel ou avec les préréglages de la caméra, ça va le faire selon l'ambiance générale de la scène.

Et jamais de balance des blancs automatique (AWB) ! Pour une raison simple, la balance peut se modifier pendant la prise de vue ce qui donne un rendu vraiment pas professionnel.


Vous avez fait une petite erreur pendant la prise de vue ?


Pas de panique. Il est tout de même possible de corriger la balance. Ça ne sera pas avec autant de l'attitude qu'un fichier Raw, mais c'est tout de même rattrapable notamment avec des logiciels comme Davinci Resolve et Premiere Pro qui sont très puissant.


Les profils d'image comme les Logs, profitent de plus grand espace gamma et gamut (lumière et couleur) donc de plus de flexibilité en post-production. J'ai envie de dire que ça simule presque des fichiers Raw. Encore une option possible pour limiter la casse si on fait des erreurs pendant un tournage.

Attention, ce genre de profil mérite beaucoup de connaissance en étalonnage.


Cela permet même un étalonnage plus poussé pour donner un style à la vidéo.






En Conclusion


Vous voyez que la balance des blancs est un outil de plus dans votre sac pour montrer le monde selon votre vision.


Donc ne vous bridez pas, testez plusieurs balances des blancs pour trouver celle qui va le mieux servir votre intention. Il n’y a pas de bonne balance des blancs, mais des balances des blancs plus ou moins cohérentes avec un contexte et une intention donnée.


Merci d'avoir pris le temps de lire cet article !

N'hésitez pas si vous avez des questions, l'espace commentaire est là pour ça et mes DM Instagram sont ouverts à tous. :)


PS: vous souhaitez me soutenir dans mon travail et pour les futurs projets ?

Vous avez la possibilité de me faire un don juste ci-dessous.



161 vues2 commentaires

2 comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
Obtuvo 5 de 5 estrellas.

J'ai rarement vu un article qui parle de ce sujet aussi complet, merci pour ça continu les bons conseils sur ce blog c'est top !

Me gusta
Quentin
Quentin
02 feb
Contestando a

Merci beaucoup pour ton message !

Me gusta
bottom of page