top of page

La vitesse d'obturation / Temps de pose / Temps d'exposition


La vitesse d'obturation

Après l’article sur l’exposition et sur l’ouverture du diaphragme (que vous devez lire pour comprendre cet article), abordons aujourd’hui la vitesse d'obturation, autre point très important pour approfondir les connaissances en photographie.


Mal maîtrisée, la vitesse d’obturation peut gâcher vos photos voire vous frustrer si vous ne la comprenez pas du tout. Mais pas d'inquiétude, on va voir tout ça ensemble pour que vous puissiez comprendre et maîtriser cet élément clé.


La vitesse d’obturation : définition


La vitesse d’obturation est le temps pendant lequel l’obturateur s’ouvre au déclenchement, c’est-à-dire le temps pendant lequel votre capteur est exposé à la lumière.


Le choix de la vitesse d’obturation dépend de votre sujet (rapide ou lent), de la focale utilisée et de votre stabilité en général. Choisissez une vitesse d’obturation plus rapide (par exemple 1/100s au lieu de 1/30s) pour éviter le flou de bougé du photographe ou le flou de mouvement du sujet.


Comment s'exprime la vitesse d'obturation ?


Cette vitesse s’exprime en secondes, et plus communément en fractions de

secondes : 1/125s, 1/4000s, etc. Plus la vitesse est élevée, moins le temps pendant lequel vous ouvrez l'obturateur est long, moins vous laissez rentrer de lumière. Ainsi, vous laisserez rentrer plus de lumière à 1/125 ème de seconde qu’à 1/4000 ème de seconde par exemple.


Les appareils modernes vous permettent en général d’utiliser des vitesses très rapides (1/4000 ème ou 1/8000 ème de seconde voir plus), des vitesses très lentes (30 secondes ou plus, pour faire des poses longues), et bien sûr toutes les vitesses plus classiques entre les deux.


Comment régler la vitesse d’obturation ?


Sur un appareil photo, c'est la même chose que pour le réglage de l'ouverture. Si votre appareil photo possède deux molettes, c'est en tournant l'une d'elles que vous modifierez la valeur de vitesse.


Image appareil photo

Image appareil photo

En mode manuel


En mode manuel, quand vous tournez la molette prévue à cet effet, vous modifiez directement la vitesse d’obturation et donc, l'exposition de votre photo. Ce n’est pas plus compliqué que ça.


Là encore, modifier cette vitesse influe sur l’exposition et il faut compenser avec l’ouverture ou les ISO. Je vous déconseille le mode manuel si vous êtes vraiment débutant. Commencer plutôt avec un mode comme priorité à la vitesse d'obturation. Dans ce mode, votre priorité est de régler la vitesse d’obturation. Vous ne réglez que la vitesse, et l’appareil fait le reste, c’est-à-dire qu’il s’occupe de l’ouverture et des ISO (si les ISO sont réglés sur auto).


Le flou de bougé


Dans l’article sur l’ouverture, nous avons vu le flou d’arrière-plan. Ce flou est en général voulu ou non et peut être simplement contrôlé grâce à l’ouverture.

Il existe également un autre type de flou : le flou de bougé, qui est dû aux mouvements du photographe. Ce flou est en général indésirable, et vous allez chercher à l’éviter.


Photo de paysage
Photo prise à 35 mm en voiture, F8 et 1/50 de vitesse

Là, avec cet exemple un peu grossier, on voit qu'avec une vitesse de 1/50 tout est flou. J'ai pris cette photo en voiture, à environ 70 km/h donc, étant en mouvement rapide par rapport au sujet (ce sont des arbres.) la photo est complètement flou.


Qu’est-ce qui influence ce flou de bougé ?


En fait, la vitesse d’obturation influence fortement la présence ou non de flou de bougé pour plusieurs raisons :


  • La stabilité du photographe. Si vous vous tenez sur un pied, ou suite à une soirée arrosée un samedi soir, vous allez davantage bouger et donc l’appareil aussi. Par ailleurs, il faut tenir son appareil de la bonne façon. Je vous laisse vous renseigner sur ça.


Il y a des petites techniques sur comment bien tenir son appareil et cela aide à avoir une meilleure stabilité pendant les prises de vues.


Cela dit, même si vous vous tenez bien en équilibre sur vos 2 pieds et avez une bonne hygiène de vie, il subsistera toujours des micro-mouvements qui provoqueront du flou de bougé. Globalement, en dessous d’une vitesse de 1/50 ème, vous commencez à risquer un flou de bougé si vous ne faites pas attention. (Oui, nous sommes continuellement en mouvement, même s'ils sont micros.)


Attention : je dis quand général il commence à y avoir du flou de bougé dès 1/50 ème. Cette valeur varie selon les individus, leur nervosité, hygiène de vie, stabilité du capteur et de l'objectif, etc.


  • La longueur focale : plus la distance focale (le zoom) est importante, plus vous serez susceptibles d’avoir un flou de bougé. Pour ceci, retenez une règle simple : à 50 mm, pas plus lent que 1/50 ème, à 100 mm, pas plus lent que 1/100 ème, etc.


Il y a d'autres cas à prendre en compte avec cette règle (comme la taille du capteur), mais franchement, si vous la suivez, cela limitera fortement les mauvaises surprises au niveau du flou croyez moi.


  • La stabilisation ou non de l’objectif (ou du capteur de l'appareil) : la plupart des reflex et hybrides modernes sont équipés de stabilisateurs qui compensent vos micro-mouvements.


Elle est parfois intégrée au boîtier, et donc active quel que soit l’objectif utilisé, et parfois intégrée aux objectifs, et dans ce cas, il faut veiller à ce qu’elle soit présente et active. Généralement activable avec un switch présent sur l'objectif.


Selon le type de stabilisation, cela va fortement diminuer le flou de bougé. Prenons pour exemple l'ultra haut de gamme de chez SONY en termes de photographie. Le SONY A7 RV.

Sa stabilisation sur 8 stops en photo fait que vous pouvez presque danser le flamenco pendant la prise de vue, l'image sera toujours nette (ceci est à peine exagéré. 😏 )

Cet appareil dispose d'un capteur de 61 mpx et il faut vraiment ce genre de stabilisation sur un capteur comme celui-ci puisque le moindre petit mouvement se verra avec de telles résolutions.


  • L'utilisation d'un trépied : si vous avez besoin d’utiliser une très faible vitesse d’obturation, l'utilisation d’un trépied vous permet de stabiliser suffisamment votre appareil pour régler à 1s le temps de pose ou plus sans avoir de flou de bougé.


Le flou de mouvement du sujet


À l’inverse, quand votre appareil est relativement stable mais que votre sujet bouge, ce sujet (une personne, un animal, une cascade, etc.) pourra être flou sur le cliché. Ce flou de sujet est influencé par 2 facteurs :


La vitesse de mouvement de votre sujet : plus il bouge vite, plus vous aurez de flou de sujet et inversement.

La vitesse d’obturation : plus elle est faible, plus vous obtiendrez de flou de sujet et inversement.


Autant, vous ne pouvez pas tellement jouer sur la vitesse de votre sujet, autant, c’est à vous de choisir quelle vitesse d’obturation utiliser selon la photo que vous souhaitez obtenir. Tout dépend de si vous souhaitez "figer" un sujet rapide, comme par exemple l'eau de cette cascade (prise à 1/800).


Cascade dans le Jura

Je vous mets la photo en grand pour que vous puissiez bien voir à quel point l'eau qui coule est figée avec une telle vitesse. On distingue même toutes les gouttes d'eau.


Cascade dans le Jura

Si vous souhaitez donner une impression de mouvement comme je l’ai fait avec la photo ci-dessous, ou l'eau de la cascade donne cet effet d'être complètement lisse. C'est parce que j'ai utilisé un temps de pose de 8 secondes. (Cet effet est appelé pose longue et j'adore ce rendu sur de l'eau en mouvement.)

Avec cet exemple, seul l'eau de la cascade bouge, (pas trop de vent et utilisation d'un trépied) c'est pourquoi on obtient ce genre de rendu avec une pose longue ou longue exposition.


Photo d'une cascade en Suisse

C'est tout à fait faisable avec des photos sur une plage et le mouvement de la mer, ou avec des nuages. Si le vent souffle un peu, cela donne des rendus très sympathiques.


Retenez quand pose longue, énormément de lumière rentre dans le capteur. Même si vous réglez vos ISO au minimum et une ouverture à F 16 par exemple. Selon la vitesse choisie, il est fort possible que la photo soit complètement cramée. (sur-exposée)

Dans ce cas-là, on utilise un filtre ND pour réduire la quantité de lumière qui arrive au capteur tout en gardant nos réglages.


Filtre à densité neutre
Filtre à densité neutre ou ND

L'utilisation de ce genre de filtre n'est vraiment pas compliquée. J'en ferai sûrement un article pour vous éclairer à ce sujet.


 

Avec la vitesse d'obturation, il est impossible de donner des cas typiques ou des conseils selon la situation. Par exemple, en photographie de sport on peut donner une impression de rapidité à la fois en figeant le mouvement (grâce à une vitesse d’obturation importante) ou en créant un peu de flou de sujet (grâce à une vitesse d’obturation plus faible). Ça fait partie des cas ou seule votre vision de la photographie et de l'art compte.


Bref, vous avez compris, c'est à vous de jouer et de tester des types de cas avec la vitesse d'obturation. Avec beaucoup de pratique, elle n'aura plus aucun secret pour vous.


Comme d’habitude,

Merci d'avoir pris le temps de lire cet article !

N'hésitez pas si vous avez des questions, l'espace commentaire est là pour ça et mes DM Instagram sont ouverts à tous. :)


Dessin appareil photo

PS: vous souhaitez me soutenir dans mon travail et pour les futurs projets ?

Vous avez la possibilité de me faire un don juste ci-dessous.




96 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page