top of page

Focus stacking : ou comment avoir l'intégralité de l'image nette et ainsi provoquer l'hyperfocale.


Focus stacking

Nous avons déjà parlé de bracketing d'exposition dans le blog.


Aujourd'hui, nous allons nous intéresser au bracketing de mise au point, plus connu sous le nom de "Focus stacking" afin de provoquer l'hyperfocale.


Cela fait beaucoup de termes à retenir, mais pas d'inquiétude ! Tout va vous sembler plus limpide au fur et à mesure de la lecture de cet article.


Avant tout, revoyez notre article sur la profondeur de champ et sur l'ouverture, si vous n’êtes pas familier avec ces notions. En effet, l’idée de distance hyperfocale en découle directement. Il s’agit de faire le point suffisamment loin et/ou d’étendre la profondeur de champ, jusqu’à ce que les objets situés à l’infini soient nets.


Déjà, qu'est-ce que l'hyperfocale ?


L'hyperfocale : définition


L'hyperfocale en photographie est la distance la plus courte à laquelle un objectif peut être réglé pour obtenir une netteté suffisante, en tenant compte de la profondeur de champ. En d'autres termes, c'est la distance de mise au point qui donne la plus grande zone de netteté possible, allant de l'infini jusqu'à une certaine distance rapprochée.


Lorsque vous réglez votre appareil photo sur la distance hyperfocale, tout ce qui se trouve à partir de cette distance jusqu'à l'infini sera net, en tenant compte de la taille de l'ouverture, de la longueur focale de l'objectif et aussi de votre distance par rapport au sujet de mise au point. Cela permet d'obtenir des images nettes sur une grande étendue, idéale pour les paysages ou les scènes où vous voulez que tout soit net, de l'avant-plan à l'arrière-plan.


L'hyperfocale est particulièrement utile lorsque vous photographiez avec des ouvertures plus petites (nombres f/plus élevés), car cela augmente la profondeur de champ, mais cela peut également être appliqué avec des ouvertures plus grandes dans certaines situations.


Pour résumer, l'hyperfocale en photographie est la distance à laquelle vous réglez votre mise au point pour obtenir la plus grande zone de netteté possible, allant de l'avant-plan à l'arrière-plan, en tenant compte de la taille de l'ouverture de la longueur focale de l'objectif et de votre position par rapport à la mise au point.


 

Je ne vous donnerai pas la formule mathématique ici qui pique les yeux pour calculer l'hyperfocale, car elle ne vous servirait à rien. (Si vous avez envie de vous arracher la rétine, vous pouvez consulter la page Wikipédia sur l’hyperfocale.)


Pourquoi ça fonctionne comme ça ?


Une autre chose qu’il faut savoir pour bien comprendre est que la profondeur de champ ne se répartit pas de manière uniforme en avant et en arrière de l’endroit où vous avez fait la mise au point. En réalité, 1/3 de la zone de netteté se situe devant votre sujet, et 2/3 derrière. Et vous allez voir que cela va beaucoup nous aider pour utiliser l’hyperfocale.


Comment l’utiliser concrètement ?


C’est là qu’on a un léger problème : autant sur les anciennes optiques du temps de l’argentique, il était facile de régler sur l’hyperfocale grâce aux repères de profondeur de champ. Autant maintenant, cette bonne habitude s’est perdue, et il paraît donc impossible de l’obtenir simplement sans faire un complexe calcul mathématique.


Appareil photo vintage

C’est pour ça que à mon avis, c'est une notion un peu moins utile à l’heure des autofocus et des viseurs électroniques.


Mais bonne nouvelle, si vous voulez l’utiliser sur un appareil récent, il y a une astuce !


Quand vous faites la mise au point à l’infini, la distance hyperfocale est en fait le point net le plus proche de vous. Comment procéder simplement ?


  • Faites un cliché en mettant au point à l’infini. (un point très éloigné de vous)

  • Regardez le résultat : le point net le plus proche de vous est l’hyperfocale.

  • Refaites le même cliché en mettant au point sur l’hyperfocale plutôt que sur l’infini.

  • L’image est toujours nette jusqu’à l’infini, mais en plus, vous avez gagné 1/3 de la zone de netteté, entre vous et ce point d’hyperfocale.


Cette technique vous permet d’obtenir un avant-plan net sur des photos de paysage. En pratique, on se contente bien souvent de mettre au point à environ 1/3 de la hauteur de l’image, ce qui est légèrement moins efficace mais beaucoup plus intuitif.


Attention tout de même :

comme la distance hyperfocale n’est valable qu’à une longueur focale et à une ouverture donnée, il vous faudra refaire l’exercice à chaque fois que vous changez un de ces deux paramètres, c’est-à-dire quand vous zoomez/dézoomez ou quand vous changez l’ouverture !



Si vous souhaitez connaître l’hyperfocale plus précisément, il vous faudra la calculer. Il existe des tables permettant de connaître cette distance selon la longueur focale et l’ouverture, mais c’est un peu fastidieux.


Il doit certainement y avoir aussi des applications genre sur mobile pour la calculer, mais vraiment ? Sérieusement ?!


Non en vrai, chacun fait comme il veut. Je pense que de simplement prendre son temps lors de la composition et des réglages, en faisant quelques tests à la prise de vue, ça devrait suffire. Même si ce ne sera peut-être pas de l'hyperfocale réglée au millimètre près.


 

Ce qui est assez étonnant, c’est que grâce à cette technique, on peut obtenir des images totalement nettes même à grande ouverture. Par exemple, avec un 50 mm F/1.8 réglé à son ouverture maximale (F/1.8 donc), l’hyperfocale est située à environ 70 m. Donc si je mets au point à une distance de 70 m, l’image sera nette de l’infini jusqu’à moi.


Attention, rappelez vous que tout sera net à condition que l’élément le plus proche de vous visible sur le cliché soit à une distance d’au moins 35 m (la moitié de l’hyperfocale). C'est comme ça, c'est la règle.


Ces distances paraissent énormes, mais dans un cas plus classique avec un 20 mm réglé à F/11, l’hyperfocale ne sera que de moins de 2 mètres ! Dans ce cas, il faut faire la mise au point non pas sur l’infini, mais à environ 2 mètres de distance, pour que l’image soit nette de l’infini à une distance d’un mètre de vous (la moitié de l’hyperfocale, toujours).


Bon ça y est, vous êtes découragé de l'utiliser 😂 ?

Dans les faits, avec un peu de pratique, vous pouvez très bien prendre l'habitude de l'utiliser, mais c'est vrai que cette notion d'hyperfocale est un peu tombée dans l'oubli.


Donc là, nous avons fait un gros morceau sur l'hyperfocale. Maintenant, nous allons voir une technique pour la provoquer, sans calcul d'aucune sorte. C'est-à-dire en utilisant une autre technique absolument toute l'image sera nette. (encore une fois, ça peut être pratique en macro, paysage ou même photographie urbaine.)


Le bracketing de mise au point / Focus stacking


Pour faire simple, ça consiste à prendre plusieurs fois la même image, non pas avec des expositions différente (comme le bracketing d'exposition), mais avec une mise au point différente ! Afin de provoquer "l'hyperfocale" et ainsi d'avoir toute l'image nette, du premier plan jusqu'à l'infini. Ensuite, on assemble les images dans un logiciel, comme Photoshop par exemple et le tour est joué.


Je vais être honnête : il n'y a pas de bonne ou de mauvaise technique.


Si vous souhaitez utiliser l'hyperfocale pendant la prise de vue, libre à vous ! Si vous souhaitez prendre un petit peu plus de temps derrière l'ordinateur, le focus stacking est fait pour vous ! D'ailleurs, comme pour le bracket d'exposition, je recommande l'utilisation d'un trépied pour cette technique.


Comment faire du focus stacking ?


Je vais vous montrer étape par étape pour réaliser un focus stacking (bracketing de mise au point.)


Dans un premier temps, vous choisissez un bel endroit. Pour l'exemple, je vais vous montrer un focus stacking que j'ai réalisé au Puy de Sancy.


Si vous avez l'option de bracket de mise au point sur votre appareil, il suffit de régler le nombre de photo que vous souhaitez et de lancer la séquence. Moi, j'ai réglé l'appareil pour faire 50 photos. Le truc cool, c'est que l'appareil va faire uniquement le nombre de photo dont il a vraiment besoin, en l'occurrence 7.


L'appareil fait ses mises au point, ensuite, on se retrouve avec nos images.


Photo de paysage
C'est un exemple, mais voici ou l'appareil peut faire les mises au point.

Si vous n'avez pas l'option, ça n'est pas un problème ! Il vous suffit de faire vous-même vos mises au point. Plus vous ferez de photos plus ça sera précis, mais inutile

d'en faire 50.


Petite précision :

Après avoir réalisé un focus stacking, si vous constatez que vos photos ont un léger décalage. C'est tout à fait normal. En fait, selon l'objectif utilisé, vous pouvez avoir ce qu'on appelle du focus breathing (encore du franglais désolé), c'est tout simplement un phénomène naturel, puisque lorsque l'appareil fait la mise au point à différents endroits, les éléments de l'objectif peuvent se déplacer légèrement dans celui-ci.


Donc même si vous utilisez un trépied, les images seront un peu décalées. Pas de panique ! Vous allez voir pendant l'assemblage des photos que c'est très facile de corriger ce phénomène.



Pour que vous puissiez bien voir l'intérêt d'une telle technique, c'est de vous montrer un exemple !


Les trois photos ci-dessous sont : la première de la série, où l'autofocus est fait en bas de l'image, la deuxième sur l'un des point les plus éloigné. La dernière, c'est le focus stacking, les images sont assemblées et vous voyez la différence de netteté entre les images prisent à F/4.



(oui, la dernière est encore plus déformée, mais c'est moi lors du post-traitement.)


Ensuite, tout se passe derrière l'ordinateur. Pour que ce soit plus explicite, je vous ai fait une petite vidéo de démonstration :



Alors sur la fin, j'écris masque de fusion, c'est en réalité juste pour voir les différents assemblages Photoshop. Dans pratiquement 100 % des cas, l'assemblage sera parfait il y a juste à fusionner les calques pour ne faire qu'une seule photo. Ensuite, on exporte, et c'est terminé !


Vous savez tout sur l'hyperfocale et la technique du focus stacking, merci d'avoir suivi l'article !

Si cet article vous a plu, partagez-le avec vos amis, et abonnez vous gratuitement à la NEWSLETTER pour être averti des prochains !


 

Merci d'avoir pris le temps de lire cet article !

N'hésitez pas si vous avez des questions, l'espace commentaire est là pour ça et mes DM Instagram sont ouverts à tous. :)


Et n’oubliez pas de partager l’article ! Merci 🙏


PS: vous souhaitez me soutenir dans mon travail et pour les futurs projets ?

Vous avez la possibilité de me faire un don juste ci-dessous.



29 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page