top of page

Comment faire de la photo panoramique ?


Photo de paysage

Aujourd'hui, nous allons voir et apprendre une technique photographique qui à première vue, semble être un peu gadget ou pas forcément très esthétique, comme on pourrait le penser avec le mode panoramique des téléphones.


Mais c'est tout le contraire ! Cette technique peut non seulement rendre de très beaux résultats, mais aussi, elle est bien pratique selon le matériel à notre disposition. On revient sur ce point la plus tard dans l'article.


Je vous dis tout sur la photo panoramique, c'est parti !


La photo panoramique, c'est quoi ?


Réussir une photo panoramique demande des connaissances, du matériel adapté et un logiciel performant, parfois payant. Cependant, nous allons voir dans cet article qu’il est tout à fait possible de réaliser une photo panoramique de qualité avec un minimum de connaissances, du matériel standard… et à main levée (trépied, c'est quand même mieux, mais bon 😏).


Il ne faut pas confondre une photo panorama et une photo panoramique. Une photo panoramique est une technique photographique qui permet d’immortaliser une scène dans un champ de vision plus large que la focale de notre optique. La photo panoramique est donc la conséquence de l’assemblage de plusieurs clichés pris indépendamment. Changer le format d’une image en réduisant le haut et le bas d’une image n’est pas une "vraie" photo panoramique.


La photo panoramique demande d’avoir recours à un logiciel qui va assembler nos différentes prises de vues. Il existe des logiciels payants comme Photoshop et Lightroom, mais également des ressources gratuites comme Hugin pour faire cet assemblage.


Pourquoi faire une photo panoramique ?


La photo panoramique permet de contourner plusieurs contraintes :


  • Le manque de recul pour photographier entièrement une scène.


  • Le manque de pixels d’un appareil photo (il est donc possible de profiter d’agrandissement plus important avec une photo panoramique.)


  • Les déformations disgracieuses liées aux optiques grand-angles


  • Et surtout, l’absence d’objectif grand-angle.


Mais aussi pour apporter un point de vue originale à nos images.


Parce que oui, une photo panoramique n'est pas forcément une énorme fresque de 38 milliards de pixels de large. Comme dit juste avant, c'est aussi pour combler le fait d'éventuellement ne pas avoir un objectif grand-angle, ou tout simplement pour avoir une scène dans un champ de vision plus large que la focale de notre optique. Admettons que vous avez uniquement un 28-70 mm, ou qu'un 50 mm en focale fixe, cette technique est alors bien utile.


Comment réaliser une photo panoramique à main levée ?


Il faut savoir que bien 50 % du travail d’une photo panoramique se fait directement à la prise de vues (le reste est l'assemblage des images en post-production). Avant de commencer la pratique avec votre reflex ou boîtier hybride, suivez ces quelques conseils préalables :


  • Utilisez une optique de qualité. Un objectif médiocre produit des déformations, du vignettage et le manque de netteté des images peut être problématique lors de l’assemblage dans le logiciel.


  • Utilisez une focale égale ou supérieure à 24 mm. Ne faites pas l’impasse sur les longues focales qui permettent un tassement des perspectives. Donc justement, avec des objectifs comme les 50 mm 1.8, c'est vraiment pas mal.


Rien ne vous empêche d'utiliser des focales de moins de 24 mm, mais plus on sera en ultra grand-angle, plus il y aura de déformation. Cela peut vraiment donner un côté "étrange" une fois les images assemblées, alors garder ça en tête.

Autre chose aussi, si vous avez des objectifs qui couvre en dessous de 24 mm, est-ce réellement utile d'utiliser cette technique du coup ? Je n'en suis pas sûr. 😏


En ce qui concerne la prise de vues à main levée :


  • Choisissez un sujet intéressant et appliquez les règles de composition photographique qui s’imposent pour une image harmonieuse. Je sais, c'est plus compliqué de le faire en photo panoramique, n'hésitez pas à vous exercer.


  • Évitez de photographier trop large. Une image panoramique trop large n’aura pas un effet naturel.


  • Pour débuter, évitez l’ajout de premier plan. En effet la gestion des déformations des premiers plans demande un peu de savoir faire. Assurez-vous d’avoir un premier plan assez éloigné.


  • Réglez la balance des blancs en manuel pour éviter qu'elle ne change au cours des prises de vues. La balance des blancs automatique convient dans pas mal de situations, mais sait on jamais.


  • Débrayez l’autofocus et appliquez une seule mise au point manuelle pour apporter une cohérence à l’image et aider l’assemblage logiciel. Eh oui, ce n'est pas un focus stacking. 🤗


  • Utilisez une seule valeur d’ouverture pour les mêmes raisons vues précédemment.


  • Choisissez une vitesse moyenne adaptée pour éviter d’avoir de trop grands écarts d’exposition sur les différents clichés. Une lumière cramée (jargon photographique pour dire que c'est surexposé !) sera irrécupérable.


  • Important ! Photographiez verticalement pour permettre un meilleur recadrage logiciel et une proportion harmonieuse. Vous verrez avec l'exemple ci-dessous que je n'ai pas respecté cette règle. Le logiciel à très bien su s'adapter en assemblant correctement les images et en choisissant les bons réglages dans le logiciel. (réglages dont je parle juste plus bas.)


Photo de paysage
Photo finale après assemblage et un léger développement.

  • Pour éviter les trop grandes différences de cadrages d’une image à l’autre à main levée, suivez une ligne directrice naturelle ou des points de référence dans le décor.


  • Faites chevaucher les images sur environ ⅓ de la surface. Tous les logiciels ont besoin d’avoir une surface de pixels identiques pour assembler correctement chaque image. De plus, ce chevauchement important atténuera les trop grandes différences d’exposition. Là encore, vous verrez que mes exemples dans cet article ne respectent pas forcément cette règle, mais ce n'est pas très grave. Avec la dernière version du logiciel Lightroom que j'utilise, les assemblages en HDR et panoramique sont de plus en plus facile et fiable. C'est toujours mieux si vous arrivez à respecter un maximum de ces prérequis.


Exemple d'un assemble panoramique :



Et le résultat final :


Photo de paysage
Image finale après assemblage et développement.

Le fichier créé après l'assemblage est un DNG, c'est très bien pour l'édition et le développement photo.

Tous les prérequis n'ont pas été respectés à 200 %, et pourtant, je trouve le résultat très bien !


Aller plus loin dans la photo panoramique


La première partie de cet article était destinée à montrer que la photographie panoramique est accessible à tous. Toutefois, si vous souhaitez acquérir une démarche plus professionnelle dans ce domaine, bienvenue dans cette deuxième partie. Pour commencer, il faut :


  • Réaliser une série de prises de vues à l’aide d’un trépied stable et parfaitement horizontal.


  • Utiliser le niveau électronique de votre boîtier pour vous assurer de la parfaite planéité du matériel lors du mouvement circulaire de l’appareil. Je rappelle que la prise de vues se fait verticalement. (c'est mieux)


  • Utiliser une télécommande pour supprimer toutes les sources de vibration sur le boîtier.


Le point Nodal et la pupille d’entrée


Ça, c'est vraiment pour les pros, et ceux qui désirent avoir un rendu hyper super ultra réaliste !


Retenez que le point nodal ou la pupille d’entrée correspond au point de rotation idéal de votre boîtier. Il y a souvent un amalgame entre le terme générique point nodal et pupille d’entrée (qui sont 2 endroits distincts). On utilise à tort le terme point nodal pour désigner cet axe de rotation idéal. Or, il faudrait parler plus exactement de pupille d’entrée. Bref ceci étant dit, ce qui nous intéresse réellement, c’est bien la recherche d’un plan de rotation idéal.


La recherche du point nodal est très importante à effectuer dès que vous incluez un avant-plan dans votre image panoramique ou que vous photographiez avec une focale relativement grand-angle (en dessous de 50 mm). En effet, une prise de vues réalisée sans précaution engendrera des problèmes d’incohérences visuelles. C’est-à-dire des décalages incohérents entre des sujets à l’avant-plan et à l’arrière-plan. Encore une fois, grâce à l'aide des logiciels, c'est un peu moins le cas, et heureusement pour nous !


La pupille d’entrée ou plan nodal se trouve dans l’objectif. Concrètement, cela se trouve dans le plan du diaphragme vu depuis la lentille frontale. L’emplacement de la pupille d’entrée est différent selon l’objectif, mais également selon la focale d’un zoom.


Combien de photo pour un panoramique, et comment faire concrètement ?


C'est simple, il n'y a pas vraiment de règle !


En fait, tout dépend de ce que vous voulez montrer, de votre composition, mais aussi de la focale que vous utilisez.

Comme vous voyez avec l'illustration ci-dessous 👇, vous pouvez très bien réaliser des panoramiques de plusieurs photos : 6, 9, etc.


Ou alors comme moi j'ai fait, avec des prises de vues uniquement horizontales de 4, 5, 6 photos, etc.


N'oubliez pas de respecter un maximum de prérequis que nous avons vu plus haut, afin d'éviter tout problème lors de l'assemblage sur le logiciel.


Retenez qu'un panoramique, c'est un découpage d'une scène.


Vous avez une composition en tête, mais peut être pas le matériel/objectif pour le faire. Alors, vous décidez d'utiliser la technique de la photo panoramique. Vous devez "découper" votre composition en plusieurs photos, afin de les assembler sur un logiciel et d'avoir la composition voulue initialement. C'est ça, le panoramique.


Et donc, personne ne peut prédire combien de photo il vous faudra pour réussir le panoramique. Comme je le dis souvent, n'hésitez pas à pratiquer et à pratiquer encore, c'est comme ça que vous maîtriserez cette technique.


Exemple photo panoramique

L'assemblage sur un logiciel + bonus avec un drone


Je vais maintenant vous montrer comment assembler les images dans Adobe Lightroom, un vrai jeu d'enfant !


Commencez par importer vos images dans le logiciel.

Sélectionnez-les.


Panneau du logiciel Lightroom

Faites un clic droit sur la sélection, puis fusion de photos, panorama…

Un nouveau panneau s'ouvre avec plusieurs options disponibles.


Panneau du logiciel Lightroom
Panneau du logiciel Lightroom

Là, ça va vraiment dépendre du rendu que vous souhaitez. Pour mon exemple, le panoramique en drone fonctionne bien en : Cylindrique.


Mais vous pouvez très bien regarder les autres modes, le résultat change énormément.


Ensuite, je conseille de mettre la déformation des bords à 100 %. Ce qui va supprimer le blanc de l'image qui a été introduit par le logiciel suite à l'assemblage. Sinon, utilisez l'option "Recadrage automatique".


Vous pouvez cliquer sur "paramètres automatiques" mais si vous comptez développer/retoucher l'image, ce n'est pas très utile.


Et c'est tout ! Cliquez sur " Fusionner ".

Panneau du logiciel Lightroom

Après un recadrage et une petite retouche, la photo est prête pour un export en JPEG par exemple.


Attention : l'assemblage et le développement photographique de prises de vues panoramique demande beaucoup de ressource à votre ordinateur.

Je sais qu'avec mes fichiers de Sony Alpha R, il arrive que mon ordinateur rame pendant la retouche.


C'est assez logique en fait. Déjà, le processeur est pas mal solliciter pour l'assemblage, mais encore plus pour la retouche, puisque l'image finale fait bien plus de méga pixel qu'une simple photo.


Pour cet exemple, c'est un panoramique fait automatiquement avec le drone. C'est une option super pratique, disponible sur pas mal de drone de la marque DJI.


L'option s'appelle : Panorama vertical. (ou panoramique vertical ?)


Le drone va faire 3 prises de vues tout seul, comme un grand, et va même les assembler (en JPEG uniquement). Cela vous permettra d'avoir un aperçu, mais c'est quand même très déformé et un peu étrange je trouve.


Vérifiez bien que le format "origine" est le RAW (donc DNG) afin de pouvoir vous-même assembler les images, et ainsi, les développer dans le logiciel.


Pourquoi panorama vertical ?


Je m'en sers beaucoup pour Instagram en fait. Eh oui, le fameux, l'unique. 😏


Le format très apprécié sur Instagram, c'est le 4:5 vertical. Donc en faisant des panoramiques verticaux, j'arrive à avoir une grande scène photographiée, mais aussi une plus grande résolution, pour des tirages par exemple. Puisque c'est un panoramique de plusieurs photos et donc, avec plus de pixels sur l'image assemblée.


Mon drone actuel, un DJI Mavic 3, ne permet pas de pencher la caméra en format vertical comme sur un mini 3, 3 pro et 4 pro pour ne citer qu'eux. C'est pour cela que dans pas mal de situations, cette option est bien pratique, selon ce que je souhaite photographier. Sinon, le mode de prise de vue normal suffit.


Pour l'assemblage sur d'autres logiciels, j'imagine que la technique reste la même, bien que certains nom d'options peuvent changer.


Conclusion


Oui, je sais, certains puristes me diront sans doute que le "vrai" format d'un panoramique est de tant par tant… Mais on s'en fiche en réalité ! La photo panoramique peut beaucoup servir selon les situations que nous avons vues, inutile de s'embêter avec des calculs super ennuyeux pour savoir précisément l'angle de prise de vue, le nombre de photo à faire, etc.


Il vous suffit d'appliquer un maximum de conseils de cet article (afin de maximiser les panoramiques réussis), et surtout, n'hésitez pas à essayer de nouvelles choses pour tester, et amusez vous ! C'est le plus important en photographie. 😊


 

J'espère que cet article vous aura aidé, n'hésitez pas si vous avez des questions, l'espace commentaire est là pour ça ! Merci de m'avoir lu, et bonne photo à tous. 😉


Abonnez-vous à la NEWSLETTER si ce n'est pas déjà fait pour savoir lorsqu'un nouvel article sort, et surtout, partagez l'article ! Ça fait toujours plaisir. 😊



PS : vous souhaitez me soutenir dans mon travail et pour les futurs projets ?

Vous avez la possibilité de me faire un don.

14 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page